Octobre rose : la prévention pour le dépistage du cancer du sein continue

Ruban rose octobre rose

Depuis le 1er octobre et comme chaque année, la prévention pour le dépistage du cancer du sein a commencé. Il s’agit de sensibiliser les femmes à cette maladie pour les pousser à aller consulter régulièrement un médecin. Aujourd’hui et jusqu’à la fin du mois, l’octobre rose n’a pas fini d’alerter.

Octobre rose, de quoi s’agit-il ?

L’évènement de l’octobre rose a été créé par l’association « Ruban rose ». Comme chaque année, aujourd’hui pour la 28ᵉ campagne, l’organisme souhaite alerter les femmes sur l’importance du dépistage concernant le cancer du sein. Le but ? Rappeler chaque octobre aux femmes, d’aller consulter un médecin pour vérifier s’il n’y a pas de petites boules ou de petites aspérités sous la peau qui pourraient être synonymes de cancer. Un dépistage qu’il convient, pour toutes les femmes, de faire impérativement chaque année. Plus un cancer est dépisté tôt, plus le patient aura une situation favorable, entrainant une rémission rapide.

À cette occasion, de nombreuses radios et chaînes de télévision arborent le petit ruban rose pour pouvoir toucher un maximum de gens. C’est également le moment pour faire appel aux dons et pour réunir les fonds nécessaires aux recherches dans le domaine. Cette année, l’association « Ruban rose » propose un nouveau slogan : « Prenez rendez-vous avec vos seins ! Tous les ans, allez chez le médecin ». Lors du lancement de la campagne, l’organisme a réuni de nombreuses patientes malades, guéries ou en rémission du cancer du sein. Une campagne qui ne fait cependant que commencer puisqu’elle se profile sur un mois entier.

Un mois pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein

L’association « Ruban rose » tient particulièrement à sensibiliser les femmes durant le mois à venir pour les inviter à se faire dépister le plus tôt possible. Un dépistage précoce permet en effet une rémission plus rapide. Il est donc fortement conseillé de se rendre régulièrement chez un médecin pour que ce dernier puisse effectuer une palpation. Celle-ci permet de mettre en lumière des boules ou des aspérités présentes dans le sein qui sont potentiellement annonciatrices d’un cancer.

Octobre rose a également pour mission de faire prendre conscience aux femmes que le cancer du sein est une maladie courante. En effet, il touche 1 femme sur 8 au cours de sa vie, si bien qu’il est la première cause de décès par un cancer chez une femme. Détecté tôt, la guérison survient pourtant dans la majorité des cas. C’est pourquoi le dépistage précoce est absolument indispensable. Il est conseillé par ailleurs d’effectuer :

  • Un examen clinique des seins dès l’âge de 25 ans au cours duquel le médecin procède à des palpations. Il est recommandé de l’effectuer tous les ans.
  • Pour toutes celles qui n’observent pas de symptômes ni d’antécédents particuliers, une mammographie effectuée tous les deux ans suffit au dépistage du cancer du sein. Il est également possible d’accompagner cet examen par une échographie lorsque cela se révèle nécessaire.

Les symptômes et risques du cancer du sein

Les symptômes qui doivent alerter

Au début de la manifestation du cancer du sein, peu de symptômes se manifestent. C’est pourquoi il convient d’aller consulter un médecin régulièrement et de procéder à des autopalpations. Voici les signes qui doivent alerter :

  • L’apparition d’une grosseur (d’une boule) au niveau des seins, mais également au niveau des aisselles
  • La déformation du sein
  • La modification de la texture ou de la pigmentation du sein ou de l’aréole
  • L’apparition d’écoulements anormaux au niveau du mamelon

Les risques d’apparition du lymphœdème

Certaines maladies peuvent également subvenir lors du traitement d’un cancer du sein. Les traitements chimio sont en effet assez lourds et peuvent provoquer, dans de rares cas, des maladies comme le lymphœdème. Le lymphœdème est l’augmentation du volume d’un membre, il s’agit le plus souvent du bras ou de la jambe. Le système lymphatique peut se dérégler, produisant ainsi une accumulation de lymphe qu’il faut donc par la suite drainer régulièrement. Le plus souvent, le lymphœdème est la conséquence d’une intervention chirurgicale ou du traitement contre le cancer du sein.

Source : http://lymphedemacircleofhope.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *